Histoire(s) de frontières

Les frontières, quand elles ne sont pas naturelles, sont souvent sources de frictions...
Border-by-l-odyssee-belle-unsplash

En anglais

  A écouter : un podcast de Radio Diaries

When Borders Move : Depuis que le Texas est devenu un État, le Rio Grande constitue la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Mais les fleuves peuvent se déplacer - et c'est exactement ce qui s'est passé en 1864, lorsque des pluies torrentielles l'ont fait sortir de son lit et se diriger vers le sud.
Soudain, la frontière se trouvait à un autre endroit, et le Texas avait gagné 700 acres de terres appelées Chamizal, du nom d'une plante qui poussait dans la région. Le Chamizal fut une épine dans le pied des relations américano-mexicaines pendant un siècle, jusqu'au 25 septembre 1964, date à laquelle les États-Unis ont finalement rendu une partie du territoire au Mexique. Mais à cette époque, environ 5 000 personnes s'étaient installées à Chamizal et en avaient fait leur foyer...

 

En espagnol

  A lire : un article de Pie de Página

La llorada: reencuentro de dos barrios y perdón y olvido : Ville de Guerrero au Mexique, il y a deux siècles. Un quartier avait érigé une frontière en son sein, séparant ainsi les habitants d'Azoyú en deux : d’un côté (Oriente) les indigènes et de l'autre (Poniente) les métis. Aucune communication entre eux ! Mais un jour, ce malentendu a disparu et depuis, les habitants fêtent tous les ans cette date-anniversaire.